Curaçao, le souriceau qui poaime


Flux et reflux

Calendrier

L M M J V S D
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031

Biotope singulier


Posté le 28/12/10 dans Divers

Biotope singulier

 

Jardin à l’abandon, herbes folles qui croissent,

Mon esprit en jachère bruisse de sons violents ;

Rues, halls, cité pressée, mouvement incessant,

Le corbeau qui croasse.

 

Amphithéâtre plein, l’érudition à verse

Inonde le terreau de quelques jeunes pousses ;

Ainsi cet ignorant tapis de feuilles rousses

Le savoir le traverse.

 

Bientôt, à la faveur d’un instant de soleil,

Les Muses égarées retrouvent un chemin

Vers le botanique secret. Leurs mains renferment

L’âme qui s’émerveille.

 

Les vertes frondaisons, le serpolet nouveau,

La timide fougère, tous proches à se toucher

Ploient sur son doux passage au point de se coucher,

Chants, vivats et bravos.

 

L’âme charmée visite une nature esthète

Aux racines rompant Vanité, statue d’or

Dont l’épée brisée rappelle que la vie adore

Nous faire tourner la tête.

 

 

Poème écrit en novembre 2010 pour le concours des Papous dans la Tête à l’occasion de la 63ème Journée des Dédicaces de SciencesPo Paris. Le thème de la singularité et les mots en gras étaient imposés.


Ajouter un commentaire

Imperfections


Posté le 18/09/10 dans Divers

Imperfections

 

Voilà vraiment longtemps que je n’avais rimé

Sans but ni fin, sonnet des heures élimées

Où la langueur tranquille des alexandrins

Se déroule patiemment sans mener à rien.

 

Mes idées en volutes de fumée se sont

Dissipées. Le néant toujours recomposé

Mêle souvenirs muets et rêves sans son.

Mon regard vagabond au dehors s’est posé

 

Mais dehors est l’Obscur et il y règne en roi

Affûtant encore en mon âme un désarroi

Ciselé d’étoiles à la trop pâle clarté.

 

Ainsi, quoique la nuit soit une immensité

Dont les ombres, les veloutés, les densités

Inspirent d’autres, les Muses m’ont désertées.

 

Septembre 2010

 


Un commentaire

Au fil de la plume


Posté le 14/05/10 dans Divers

Au fil de la plume

 

Un bout de cahier,

Deux-trois mots jetés

Au hasard. Couchés

Sur le papier.

Les mots s’envolent,

Les écrits restent.

Mes pensées frivoles

Ne sont pas en reste

Et s’enfuient, volée

D’oiseaux bohèmes

Quittant mon poème

Me laissant désolée.

 

Octobre 2008

 


Ajouter un commentaire

Solitude


Posté le 10/03/10 dans Divers

solitude


Ajouter un commentaire

Connexion
Login :
Mot de passe :