Curaçao, le souriceau qui poaime


Flux et reflux

Calendrier

L M M J V S D
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930

St Lazare


Posté le 31/10/10 dans Décrire - Itinérance

J'aime prendre le train.

D'abord il y a l'ambiance, la gare et son immuable mouvement perpétuel, entre ceux qui attendent et ceux qui courent. Le brouhaha des voix et le piétinement des semelles, bruits doux, sont ponctués d'annonces, de cris, de claquements de talons, de chagrins d'enfants et, parfois, de silence.

Ensuite il y a le départ. Les derniers retardataires grimpent d'un bond et les portes se ferment ; le train se ramasse sur lui-même et dans un sourd grognement d'effort, s'ébranle.

Il y a, enfin, ce sublime pincement d'excitation et l'idée (l'envie presque) que ces rails si fixes pourtant me mènent

ailleurs.

Septembre 2010

 


Ajouter un commentaire

Comme un tableau de Hopper


Posté le 31/10/10 dans Décrire - Itinérance

Comme un tableau de Hopper

 

7h55 sur Saint Germain brumeux :

Rues calmes

Flot tantôt lent

Tantôt pressé.

Adolescents, hommes et femmes

Marchent, se doublent et se croisent.

Pas feutrés,

Rires étouffés

Par le brouillard.

Un bar ouvert,

Vide.

Illumination sur la rue,

Rosée sur les tables,

Solitude du barman.

 

10 Octobre 2007

Mathématiques 8h30


Ajouter un commentaire

La Dame du Bus


Posté le 31/10/10 dans Décrire - Portrait

 

la Dame du Bus

 

            Opalescentes d’abord, les perles d’eau, flocons fondus, scintillent sur le bonnet et sur l’écharpe. Laine neigeuse, tricotée, qui cascade et s’effrange.

            Blond ambré ensuite, une mèche rebelle ondule librement, presque bouclée.

            Sombres enfin, le noir du chaud manteau s’impose et le gris du gant habille avec tendresse la main tenant la barre, jaune.

Février 2009

 

 

 Ce poème décrit une personne croisée dans un bus et la photographie prise à l'occasion est visible ici.

 


Ajouter un commentaire

Tourmente


Posté le 31/10/10 dans Décrire - Intempérie

Tourmente

 

Voici venir l'orage :

L'océan déchaîné

Des nuages hurlants

Noie de pleurs torrentiels

Une forêt muette

Où l'arbre, goutte-à-goutte,

Voit l'abri de ses feuilles

Céder sous les assauts

Du vent et de la pluie.

Quand la foudre s'en mêle,

C'est un palais d'éclairs

Lumineux et violent

Qu'abrite la tempête,

Fragile bâtiment

Dansant sur les nuées.

 

 

14 Septembre 2009

(pluie du soir)


Ajouter un commentaire

Automne 05


Posté le 30/10/10 dans Haïku - Automne

Ambiance studieuse

en galop d'économie

- la pluie sur la vitre.


2 commentaires

Connexion
Login :
Mot de passe :