Curaçao, le souriceau qui poaime


Flux et reflux

Calendrier

L M M J V S D
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
<<Retour

Les liaisons dangereuses


Posté le 28/01/11 dans Au jour le jour - Outdoors

 

 

Une conversation dans un rer, un enthousiasme général et un prix abordable : voilà qui suffit pour mobiliser quatre amies à aller voir Les Liaisons dangereuses ou la fin d'un monde au théâtre Essaïon. Cette adaptation fidèle du roman de Choderlos de Laclos par Régis Mardon et Pascal-E. Luneau nous présente dans du très beaux costumes d'époque l'histoire des libertins vicomte de Valmont et marquise de Merteuil.

La réussite de cette pièce tient à son formidable pouvoir d'immersion. Le jeu des acteurs, toute en finesse*, se combine à merveille au décor, la salle elle-même étant une pièce en sous-sol avec plafonds et murs de pierre. De plus, l'exicuité de la salle (une centaine de place seulement) et l'absence de scène à proprement parler plongent chaque spectateur dans l'action par une proximité incroyable (étant au premier rang, nous pouvions difficilement faire plus dans l'action). Des astuces de mise en scène, comme les jeux de lumière grâce aux bougies ou les meubles déplacés et échangés au gré des scènes pour simuler les différents lieux de l'action parfaissent l'ambiance XVIIIe. Il faut noter enfin que le caractère epistolaire du roman est habilement réutilisé. Ansi le sel des situations et des répliques ne manquera pas de vous faire sourire bien souvent, voire même rire franchement.

Rien à redire donc sur cette adaptation coup de cœur à part : dépéchez-vous d'aller la voir ! Elle sera encore jouée quelques jours à l'Essaïon our la modique somme de 20 euros (15 en tarif réduit) et dure un peu plus d'une heure.

 

*mention spéciale pour Guylaine Laliberté, excquise en présidente de Tourvel avec son brin d'accent anglais.


Le 29/01/11, nouk dit :

très bon jeu de scène, enchainements très efficaces ça c'est sur! c'était un plaisir :)
adaptation "fidèle" peut etre pas jusque là, meme si globalement la pièce est respectée, toute le spectacle se base sur le récit de mme de valemonde à Cécile, dans son cachot avant son exécution par les révolutionnaires, ce qui ne ternit pas la pièce en soi, mais qui est purement inventé.

Le 29/01/11, Bob dit :

En langage fbookien, "J'aime" (je suis une gde adepte de ce concept que j'aimerais pouvoir exporter à un peu près ttes les situations de la vie courante ^^).

Le 29/01/11, Melhyrïa dit :

But… Facebook is EVIL !

(moment de méchanceté gratuite)

Commenter cette note :




[Anti-spam] Ecrivez en chiffres le nombre suivant :




Connexion
Login :
Mot de passe :